• RENAULT

    Type A 1900 Tonneau 1901  Type X Taxi Marne Type AG Renault 40cv
     Renault 40cv NN1 Vivasix Reinastella Reinastella Nervasport Vivasport
     Viva grand sport Suprastella Celtaquatre Celtaquatre Juvaquatre Juva Gazogène Juva Break
    RENAULT
     Juva berline Juva berline Juva coupé Dauphinoise La 4cv Choloral Fregate CIJ
     Fregate Fregate Domaine Domaine Fregate Dauphine CIJ Dauphine
     Dauphine Dauphine Dauphine Gordini Dauphine Dauphine Dauphine Chapron
     Dauphine Ondine Caravelle Floride Floride R3 4L

    RENAULT

     4L 4L 4l Dinky 4L Parisienne 4L Plein air 4L Plein air  4L Heuliez

    RENAULT
     4L Fourgonette 4L  4L  R8   R8   Gordini 1100   Gordini 1300
    R8S   R8 Major    R10   R10 Major  R10   R6   R6 TL
      R6
      R16    R16   R12    R12 Gordini   R12 Gordini   R12 Break
      R17 TS   R15 TL     R15    Rodéo   R5   R5 TL   R5 Turbo
    RENAULT RENAULT RENAULT RENAULT RENAULT
      R5 Turbo 2  R5 Alpine
      Le Car Heuliez    R7   R7 TL    R18   R18 Break
    RENAULT RENAULT RENAULT      
      R14   Fuego  Fuego turbo R30      
    RENAULT UTILITAIRES
    RENAULT RENAULT RENAULT RENAULT RENAULT RENAULT RENAULT
     AHN R 1000 kg Estafette Estafette Estafette Estafette  Estafette
    Accueil

    RENAULT

           
     Estafette Estafette Estafette        
     
      Histoire de la marque 
    La création de l'empire Renault, car il s'agit d'un véritable empire industriel plus qu'un simple constructeur automobile, rappelle, sous de nombreux aspects, celle d'autres industries de cette branche, comme Ford aux États-Unis ou Fiat en Italie, liées à l'initiative et au génie d'un homme.

     

    Louis Renault (1877-1944)

    Il naît le 15 février 1877 à Paris dans une famille bourgeoise parisienne dont il en est le quatrième enfant sur cinq
    (deux sœurs et deux frères). Son père, Alfred Renault a construit une solide fortune dans le commerce de tissus et des boutons et sa mère Louise est fille de commerçants aisés.

    Adolescent, Louis Renault est un étudiant peu enthousiaste, et ses frères, nettement plus âgés que lui, qui ont pris la succession de leur père à son décès en 1892, ont pour leur cadet beaucoup d'indulgence.

    Dans la propriété de Billancourt, il bricole, installe un atelier, invente même un générateur de vapeur rapide et construit un canot à vapeur qui fonctionne correctement. Il fait breveter son générateur et, en 1997, il en vend la licence d'exploitation à la puissante firme Delaunay-Belleville, fournisseur de la Marine française.
    L'acte fondateur de la société Renault Frères est signé le 25 février 1899 par Fernand et Marcel Renault frères aînés de Louis, qui est embauché comme directeur technique non associé, aux appointements de 300 francs par mois.
    La première Renault lancée en fabrication est le Type A suivi des Types B, C et D.
    Il crée même la première conduite intérieure avec l'aide du carrossier Henri Labourdette. Les puissances s'élèvent
    à 9 ch sur le Type E. Les victoires en course se multiplient, la production bat son plein :
    il faut agrandir l'usine, embaucher sans cesse.
    En 1903 dans la course Paris-Madrid, Marcel Renault se tue au volant de sa voiture.
    En 1909, Louis Renault perd son frère aîné Fernand et rachète à la compagne de ce dernier les actions dont elle a hérité.
    La société Renault Frères a donc vécu. Louis est désormais le seul actionnaire.
    La surface des ateliers couverts passe à 44 000 m² et l'effectif 3 500 personnes en 1910.
    Pendant la Première Guerre mondiale, Renault participe à l'effort national en produisant du matériel militaire (éléments de canon, obus, moteurs d'avion) ainsi que divers véhicules (camions, voitures et tracteurs),
    parmi lesquels le FT17, le "char de la victoire". En 1923 avec l'adoption, sur les types sport, du nouveau capot
    en étrave raccordé à l'auvent, la grille ronde centrale de l'avertisseur prend une forme en losange qui allait
    devenir le symbole de la marque.
    Revenu d'une mission aux États-Unis en juillet 1940, Louis Renault trouve son usine occupée par les Allemands, avec interdiction pour lui d'étudier tout nouveau modèle de voiture de tourisme et obligation de produire en majorité pour l'Allemagne. Pour garder le contrôle de son affaire et son personnel en France, il travaille trop pour les Allemands.
    Ce zèle attire sur son usine les bombardements alliés et sur lui-même les foudres de la justice à la libération.
    Il est arrêté et meurt le 24 octobre 1944.
    Le gouvernement français confisque ses biens professionnels et le groupe Renault est nationalisé en janvier 1945.