• HISTOIRE DE LA CTROËN 2CV

    HISTOIRE DE LA CTROËN 2CV

    En 1934, restée exsangue après le développement de la traction avant, Citroën n'arrive plus à faire face à ses créanciers.
    Le tribunal de commerce prononce la mise en liquidation judiciaire de la société le 21 décembre 1934. La marque du Quai de Javel
    est reprise par son principal créancier, la famille Michelin.

    HISTOIRE DE LA CTROËN 2CV

    HISTOIRE DE LA CTROËN 2CV

    Pierre Michelin
    1903 - 1937
    Pierre Jules Boulanger
    1885 - 1950
    Pierre, alors âgé de 32 ans, second fils d'Edouard Michelin, occupe à la fin de l'année 1935 le poste de président de la firme Citroën, et Pierre Jules Boulanger,
    50 ans celui de vice-président. Ce dernier ordonne la construction d'un véhicule très populaire,  nom de code T.P.V. (Très Petit Véhicule). Il résume le cahier des charges d'une boutade  devenue légendaire : "quatre roues sous un parapluie".
     Un prototype est élaboré en 1936. En décembre 1937, Pierre Michelin est victime d'un accident de la circulation qui lui coûte la vie. Pierre Boulanger  lui succède à la direction générale et affine le projet T.P.V. en indiquant les données qu'il juge indispensables.

    HISTOIRE DE LA CTROËN 2CV

     L'engin devra accueillir quatre personnes, plus 50 kg de marchandises, atteindre la vitesse de 60 km/h en ne consommant que 3 litres de carburant aux 100 km. De plus  sa suspension bénéficiant d'une grande souplesse peut autoriser le transport d'un panier d'œufs sans déplorer aucune casse après avoir traversé un champ labouré. A partir du début de la saison 1938, divers prototypes sont durement testés sur les pistes d'un tout nouveau centre d'essais privé installé à la Ferté-Vidame, dans l’Eure-et-Loir. Le président Boulanger commence à penser que ses idées prennent une forme satisfaisante, et demande au directeur de Levallois de préparer une présérie de 250 exemplaires de T.P.V. qui effectue son passage au Service des Mines le 28 août 1939.
    La présentation au public prévue pour le Salon de Paris d'octobre 1939 est finalement annulée pour cause de guerre.
    Bravant la stricte interdiction faite aux constructeurs par les forces d'occupation d'étudier tous nouveaux modèles, Pierre Boulanger, aidé de Pierre Bercot, reprend les études de la T.P.V. et se rend compte rapidement du prix de revient élevé du projet. Les matériaux utilisés pour les premiers exemplaires comme la tôle d'aluminium ou le magnésium s’avèrent onéreux. En conclusion la bonne tôle d'acier traditionnelle va ainsi faire un retour en force.

     Les traits frustes de l'auto sont retouchés par le styliste Flaminio Bertoni, son idée une berline dont le phare unique encastré au milieu du capot surplombe une grille  avec le fameux double chevron, la partie mécanique est confiée à Walter Becchia.
      
    HISTOIRE DE LA CTROËN 2CV
    Le 35ème Salon de l'Automobile de Paris, qui se tient sous les voutes
    majestueuses du Grand Palais du 1 au 11 octobre 1948, est riche de nouveautés. On découvre la Peugeot 203, la Ford Vedette et la Simca sport. Mais une des révélations de  l'exposition demeure sans conteste la première 2cv (type A).
     
    -
    C’est un succès immédiat et la fabrication démarre en juin 1949. Basée sur un concept minimaliste, elle allie fiabilité et légèreté autour d’un moteur à refroidissement par air très économique de 375 cm3 (2 chevaux fiscaux). Malheureusement, les cadences de production sont trop basses et les listes pour les commandes s’allongent, allant jusqu’à atteindre 3 à 5 ans. À cette époque, elle est plus chère sur le marché d'occasion que neuve, parce qu'il n'y a pas de délai.
     
    En 1951, Citroën présente la 2CV type AU (U pour utilitaire) : la 2CV fourgonnette. Elle est équipée du même moteur que la berline (type A) et permet de transporter 150 kilogrammes de bagages avec deux personnes.
    Elle est adoptée dès 1952 par les services postaux pour la distribution du courrier dans les campagnes.
    L’étape suivante a lieu en 1954. C’est la puissance de la 2 CV qui est revisitée. Le moteur passe désormais
    à 425 cm3. En 1958, alors que les Type A, AU, AZ, AZU, AZL restent en production, sort la 2CV Type AZLP
    (P pour porte de malle) qui délaisse la bâche longue pour s'équiper d'une porte de malle.
    Les versions de la 2CV se succèdent.
    En 1960 apparaît la très spéciale 4x4 Sahara à 2 moteurs. La même année la 2cv AZLP reçoit un nouveau capot avant avec 5 "vagues" et gagne un peu en puissance. En 1964 les portes avant s’ouvrent enfin dans le bon sens. En 1966 la 2cv est remaniée et désormais équipée d’une 3ème vitre latérale. En  1974 la deuche reçoit des phares rectangulaires, bien dans l’air du temps mais peu esthétiques. La 2cv devient 4 ou 6 selon la cylindrée, 425 cm3 ou 602 cm3. Pendant les années 80 les séries spéciales se succèdent, charleston, Dolly, France 3, Cocorico.
    -
    En 1989 la chaine de production émigre au Portugal. Le27 juillet 1990, la production de cette voiture prend définitivement fin. Une fanfare accompagne l'ultime 2CV (une charleston grise) au bout de sa chaîne de fabrication. La "deuche" reste toujours appréciée et collectionnée par de nombreux amateurs, car totalement irremplaçable par sa polyvalence et sa légèreté.

    HISTOIRE DE LA CTROËN 2CV

    HISTOIRE DE LA CTROËN 2CV

    HISTOIRE DE LA CTROËN 2CV

    Un habitacle très spartiate. L'intérieure de la 2cv A de 1939 est rudimentaire.
     Les deux banquettes, confectionnées en toiles de bâche, ont un dossier suspendu comme
    un hamac.
    Le tableau de bord, réduit à sa plus simple expression.

    HISTOIRE DE LA CTROËN 2CV