• CIJ - Compagnie industrielle du jouet

    CIJ

    L'histoire débute véritablement en 1878. Mais l'entreprise prend son nom officiel de CIJ, Compagnie industrielle du jouet, en 1927. Elle acquiert ses lettres de noblesse lorsque Fernand Migault, le fils d'Albert, reprend l'entreprise. Ce passionné d'automobiles est à l'origine du contrat réalisé avec André Citroën.

    Des jouets de bazar
    Tout commence en 1878. Albert Migault fabrique des montres jouets et des parures de poupées. Son entreprise est située à Paris. En 1900, il se lance dans la fabrication de jouets mécaniques. Il s'inspire des automates réalisés par Fernand Martin et Charles Rossignol. C'est en 1910 qu'il présente son New Circus, composé de plusieurs pièces avec des personnages en tôle (acrobates, clowns…). Chaque automate est habillé de tissu. La Grande Guerre met provisoirement fin à la fabrication de ces jouets de bazar. Une nouvelle orientation est prise après la guerre pour relancer les activités de l'entreprise. En 1919, Fernand, le fils d'Albert, reprend l'entreprise familiale.

    CIJ - Compagnie industrielle du jouet

    Les jouets Citroën
    En 1922, il propose à André Citroën de fabriquer des répliques des voitures vendues par les usines du Quai de Javel. Le fondateur de la marque Citroën, innovateur en matière de publicité, profite de l'occasion pour faire la promotion de ses automobiles par le jouet. Un contrat d'exclusivité débouchant sur un accord de fabrication est signé entre Citroën et la
    SA Migault pour construire les jouets Citroën. Pour honorer ce contrat, la famille Migault fait appel à Marcel et Georges Gourdet. Ils apportent une usine, des capitaux et leurs connaissances techniques. La production massive des fameux jouets Citroën commence à Briare, dans le Loiret.
    Le premier jouet Citroën est commercialisé en 1922, la Citroën Type A taxi. Sa coque est en bois et ses ailes en tôle. Un an plus tard, avec la sortie de la B2, plus de bois, les modèles sont tout en tôle ; dans un premier temps, elle est vendue sans moteur. Un moteur à ressort mettra par la suite en mouvement cette magnifique réalisation aux portes ouvrantes. Ces jouets de 40 cm de long sont d'un réalisme incroyable pour l'époque. Le traitement de la tôle est centralisé dans les ateliers de la route d'Ousson alors que le bois est fourni par l'usine de la Chapelle d'Angillon. C'est dans les ateliers de tôle que sont réalisées toutes les opérations d'emboutissage, de soudure, de peinture et de dorure. En 1923, les ateliers Migault dénombrent sept salariés plus le personnel dirigeant.
    Fort du succès des jouets Citroën, Migault se lance dans la reproduction de diverses autres marques automobiles. En 1925, la sortie de l'Alfa Roméo P2 de grand prix initie une série de nombreux autres modèles. Cette Alfa Roméo, aux freins et à la direction fonctionnelle, reste un modèle emblématique de la qualité de production des ateliers Migault. Et sa taille importante de 60 cm est particulièrement impressionnante.
    La 5 CV Citroën, plus familièrement appelée Trèfle, est le troisième modèle Citroën à avoir le privilège d'être réduit. Au fur et à mesure de la sortie des nouveaux modèles Citroën, la liste des jouets proposés aux enfants des clients s'agrandit. Ces fidèles répliques de la voiture de papa seront autant commercialisées dans le réseau Citroën que dans les grands magasins.

    CIJ

    1927 : naissance de CIJ
    En 1927 est créée la CIJ (Compagnie industrielle du jouet). L'entreprise acquiert ses lettres de noblesse l'année suivante, grâce à la présentation de la Citroën B14G faux cabriolet, de couleur rouge et or. Dotée d'une carrosserie fermée par un toit fixe reproduisant une capote fermée, ce modèle est à l'échelle 1/15ème. A la fin des années 1920, les jouets Citroën adoptent la formule qui avait assuré le succès de Meccano, les boîtes de construction. Plusieurs modèles sont proposés à la vente. Des camions et camionnettes viennent compléter le catalogue des jouets Citroën. Désormais, CIJ est en mesure de proposer toute la gamme des vraies Citroën.
    La situation commence à se dégrader au début des années 1930. André Citroën cherche des fonds auprès des banques afin de s'engager totalement dans la production de masse. Cette recherche de capitaux a une conséquence sur les jouets : elle en diminue la taille. L'échelle approche le 1/24. La SA Migault intensifie parallèlement sa fabrication d'autres modèles afin de se diversifier.


    De plâtre et de farine
    La réduction des coûts chez Citroën contribue à l'utilisation de nouveaux matériaux permettant des réalisations plus petites. C'est la première fois que l'on voit apparaître des jouets au 1/43. En matière dite "plâtre et farine", la Rosalie des records fait parler d'elle en 1933. Les jouets Migault de "plâtre et farine" sont cependant plus fragiles. Ceci explique le peu d'exemplaires qui nous sont parvenus.
    En 1935 c'est la fin des jouets Citroën. Pour gérer la faillite de Citroën, la famille Michelin ordonne l'arrêt de la fabrication des jouets.
    En 1935, délaissée par les frères Michelin, CIJ propose tout naturellement ses services à Louis Renault. Ce dernier profite de l'aubaine en proposant ses propres répliques à la vente. La Nervasport 28 CV des records, "de plâtre et farine", en est la plus belle réalisation. Sa fabrication s'étalera de 1935 à 1940, alors que seront proposés des jouets composés de différents matériaux.

    Le terme "plâtre et farine" fut attribué aux autos miniatures de CIJ alors que le terme exact est "plastiline", on doit
    ce procédé à Monsieur Bapterrosses, céramiste, devenu actionnaire chez CIJ, qui eut l'idée de fabriquer
    des miniatures à petit prix en argile.

    Le zamac
    En 1949, CIJ lance ses premières réalisations en Zamac. Ces miniatures n'ont plus les fastes d'antan. Mais elles permettent à CIJ de redevenir compétitive. Le premier modèle est la De Rovin. Il répond aux Dinky Toys et autres Solido. Ces modèles en zamac ont été créés et fabriqués sous la marque CIJ de 1950 à 1960 (une quarantaine de moules différents) puis sous la marque CIJ-Europarc de 1960 à 1967 (environ trente moules différents). Un contrat avec Renault permet à CIJ de sortir quasiment tous les modèles du constructeur national en même temps que les originaux. La 4CV, la Dauphine, la Frégate, l'Etoile filante des records et la Prairie sont proposées.
    Pour accroître sa rentabilité, CIJ lance la gamme Europarc. Ses variantes bi tons permettent de réutiliser des moules déjà amortis. Dans les années 1960, la mode des jouets électriques arrive chez CIJ.
    Quelques modèles en plastique sont proposés pour s'engager dans les jouets à bas prix. C'est le cas par exemple de la Dauphine puzzle présentée comme cadeau de la marque Bonux ou des modèles au 1/24 comme l'Amphicar. Ce n'est pas la sortie de l'ultime modèle l'Ami 6 qui changera le cours des choses. Malgré l'acquisition de la marque JRD en 1963, CIJ récupéra une certaine quantité de pièces plus ou moins complémentaires de sa gamme. Il s'agit surtout de carrosseries qui seront pour la plupart peintes chez CIJ, il en découlera une production de faible quantité, principalement en 1967, une dizaine de modèles aux échelles aussi disparates que celle de CIJ.

    CIJ - Compagnie industrielle du jouet

    Les micro-miniatures et auto-puzzle

    Concurence oblige, CIJ s'est lancée dans la fabrication de miniatures à petite échelle.
    Pour cette série de micro-miniatures l'échelle est encore diverse.
    Les modèles tout en zamac, y compris les roues sont très rustiques. Les miniatures sont vendues dans un étui en plastique transparent, cylindrique ou rectangulaire.
    Des modèles ont même été vendus sous forme de porte-clef.

    M 1 : Renault 150 cv autobus de la RATP, avec châssis, vert et crème échelle 1/160ème.
    M 2 : Peugeot 403 sans châssis noir, échelle 1/88ème.
             Existe en porte-clef, référence M 52.
    M 2 : Peugeot 403 avec châssis en tôle, gris claire, vert clair et chromé, échelle 1/88ème.
    M 3 :Renault 120 cv fourgon, gris et rouge, vert et rouge ou rouge et gris, échelle 1/135ème.
    M 4 : Renault 120 cv benne, vert et argent, crème et rouge, crème et vert ou bleu et orange, échelle au 1/135ème.
    M 5 : Panhard 4HL citerne, rouge et argent, échelle 1/135ème.
    M 6 : Renault 1000kg ambulance sans châssis, blanc échelle 1/110ème.
             Renault 1000kg ambulance avec châssis, blanc échelle 1/110ème.
    M 7 : Renault 1000kg fourgon, gris clair, échelle 1/110ème. Existe en porte-clef, référence M 57.
    M 8 : Renault Dauphine avec châssis, vert, bleu foncé ou bordeaux, échelle 1/75ème.
             Existe en porte-clef, référence M 58.
    M 9 : Simca Ariane avec châssis, jaune ou gris clair, échelle 1/88ème.
             Existe en porte-clef, référence M 59.
    M 10 : Renault 1000kg ambulance militaire, avec châssis, kaki, échelle 1/110ème.

    CIJ - Compagnie industrielle du jouet

    Les promotionnelles

    Très recherché car rare, l'emblème de cette série, la mythique 4cv "CINZANO".
    Des modèles publicitaires dont tout collectionneur aimerait avoir au moins un de ces modèles dans sa collection.

    - La 4 cv "CINZANO" distribuée sans boîte au cours d'un tour de France cycliste.
      Référence 3/48 au 1/45ème, châssis en tôle noir, calandre six barres, couleur bleu, blanc, rouge, et les roues en zamac.

    - Le Renault Fainéant bleu marine "POTASSE D'ALSACE" au singulier sur la miniature et au pluriel sur la boîte, deux versions de roues et de décalcomanies.

    - La Frégate et la 4cv "CHOCOLAT KEMMEL".
    - Le Renault 1000kg "PRIMISTERES" et sa boîte grise.
    - Le Citroën HY "BRANDT" ex JRD.
    - La Simca 1000 en série numérotée.
    - La Citroën ID 19 break Ambulance municipale, en série numérotée.
    - Les 2cv fourgonettes "RENFORT 15 NYLON", "COMAP", "SUDO", "YACCO".
    - Les Citroën HY "BONBEL" et "COMAP".
    - L'Unic rail-route "KRONENBOURG".
    - Le tracteur agricole SFV, référence 51

     

    2007, Norev réveille la marque CIJ. Rééditées par Norev, les CIJ ne sont plus des miniatures "Made in France" mais
    fabriquées en Chine.
    Des modèles agréables, mais bien se souvenir qu'il ne s'agit que de copies.

    CIJ - Compagnie industrielle du jouet