• Dynastie Bugatti

    -
    Giovanni Luigi Bugatti, architecte et sculpteur. Son fils, Carlo Bugatti, créateur révolutionnaire de meubles,Ettore et Rembrandt Bugatti, à la fois semblables et si différents. Ettore optera pour la technique et Rembrandt pour la sculpture. Enfin, Jean Bugatti se révéla rapidement un excellent dessinateur de carrosseries automobiles. Les membres de la famille Bugatti offrent un concentré
    de talents artistiques et techniques.
    -
    Carlo Bugatti

    Dynastie Bugatti

    Carlo Bugatti, père d’Ettore Bugatti, voit le jour le 12 février 1856 à Milan.
    Fils de l’architecte et sculpteur Giovanni Luigi Bugatti, à 19 ans Carlo entre à l'académie de Brera de Milan
    (la réputée Academia di belli Arti), puis commence ses études d’architecture en 1875, à l’Académie des Beaux Arts de Paris.
    En 1880 Carlo Bugatti, à l'âge de 24 ans, ouvre son propre atelier à Milan. Il se tourne vers le mobilier et signe sa première œuvre connue : une chambre à coucher réalisée pour sa soeur à l'occasion de son mariage avec son compagnon d'étude
    Giovanni Segantini (peintre).
    La même année, il épouse Teresa Lorioli. De cette union naissent Ettore (1881), Deanice (1883) et Rembrandt (1884).

    En 1888 Carlo Bugatti participe à une "exposition italienne" à Londres où il obtient le diplôme d'honneur.
     C'est le début d'une carrière internationale, il reçoit de plus en plus de commandes prestigieuses.
    Carlo Bugatti touche à tout, en 1894, il réalise une série d'instruments de musique,
    des mandolines à quatre cordes et fond plat.
    Carlo Bugatti passe du figuratif au géométrique, le meuble devient plus sculptural, à l'image des chaises de
    salon que l'on découvre dans la chambre "Escargot" lors de l'exposition internationale des arts décoratifs de Turin en 1902. Leur forme permet à un habit ou une robe longue de se glisser entre le siège et le dossier.
    A partir de 1904 Carlo Bugatti délaissera le mobilier pour  pour se consacrer à des pièces d'argenterie,
     des bijoux ou des bronzes.
    En 1910, l'état de  santé de sa femme l'oblige à quitter Paris et s'installer à Pierrefonds, dans l'Oise où
    il remplit les premiers rôles à la municipalité. De 1914 à 1918, il occupera même la charge de
    premier magistrat du village.
    En 1935, alors âgé de 79 ans, il se retire chez son fils Ettore, à Molsheim, 
    s'installe dans un appartement de la remise nord du Château Saint-Jean avec sa femme Teresa qui décède peu de temps après.
    Carlo Bugatti décède en avril 1940.

    Dynastie Bugatti

    -
    Ettore Bugatti
     
    Dynastie Bugatti
    Ettore Arco Isidoro Bugatti, tel est son nom complet, est né le 15 septembre 1881 à Milan.
    En 1898 âgé de 17 ans, il entre en apprentissage dans la fabrique de bicyclettes milanaise Prinetti & Stucchi.
     Il y conçoit son premier tricycle motorisé, équipé de 2 moteurs De-Dion. En 1899, il monte son premier véhicule à quatre roues :
    la Type 1, nom qu'on lui donne plus tard, est propulsée par quatre moteurs implantés de part et d’autre de l’essieu arrière.
    Il participe ensuite, âgé de 18 ans, à des courses d'automobiles et de motos/tricycles en Italie et développe son goût pour la vitesse.
    Il pilote lui même son bolide et finit second de la course Paris-Bordeaux à la vitesse moyenne de 80 km/h.

    En 1900, il fabrique, avec l’appui financier du comte Gulinelli, sa première automobile, une Bugatti Type 2 équipée d'un 4 cylindres, 3 000 cm3 pour 60 km/h. Elle est si remarquable qu’elle lui vaudra un prix sur une exposition de renom à Milan où il obtient une médaille et se fait remarquer par le richissime industriel Alsacien Baron de Dietrich.

    En 1902 la société Alsacienne De Dietrich le recrute comme associé pour concevoir des voitures au côté du pionnier inventeur de voiture Amédée Bollée et d'Émile Mathis pour la commercialisation. La responsabilité technique pour la construction de la production automobile est confiée à Bugatti. N’ayant pas atteint l’âge de la maturité, c’est son père Carlo Bugatti qui signera,
    le 2 juillet 1902, le contrat d’embauche.

    En 1906, ils se séparent pour rejoindre la firme Deutz de Cologne, en gardant la possibilité de poursuivre ses recherches personnelles qui aboutissent en 1908 à la sortie du premier "Pur-sang", la type 10, appelée familièrement "la baignoire" en raison de sa forme, et aussi "le homard" par la famille Bugatti en raison de sa couleur rouge orangé.
    1907 Ettore Bugatti épouse Barbara Maria Guiseppina Mascherpa, avec laquelle il a quatre enfants, deux fils et deux filles.

    Dynastie Bugatti

    En 1909, son premier fils Jean Bugatti naît le 15 janvier. Ettore fonde sa propre marque Bugatti en décembre à Molsheim-Dorlisheim en Alsace, alors Allemande,
    à 20 km à l'ouest de Strasbourg et s’installe dans une somptueuse villa.
    En 1910, Bugatti remporte un vif succès au Mondial de l'automobile de Paris grâce à
    des caractéristiques techniques avancées. Il poursuit et enchaîne les modèles de
    course et de luxe avec la Bugatti Type 13 de 1 327 cm3, 4 cylindres et 95 km/h, qui
      remporte plus de 40 courses en quatre ans malgré sa faible cylindrée grâce à son poids plume et sa tenue de route exceptionnelle. Il en vendra 5 exemplaires.

    Dynastie Bugatti

    En 1911 alors qu'il a vendu 75 Bugatti en Europe il s'associe avec Peugeot et conçoit la Peugeot Bébé dont 3 095 exemplaires
     sont vendus. De 1914 à 1918 pendant la Première Guerre mondiale, Ettore Bugatti quitte l'Alsace pour s'exiler à Milan puis rentre à Paris ou il conçoit des moteurs d'avion. A l’issue de la guerre, il retourne à Molsheim, devenue française,
    et ouvre une fabrique sur l’ancien site.
    -
    En 1924 il présente en août sa fameuse Bugatti Type 35 au Grand Prix automobile de France à Lyon. Une voiture aux performances d'avant-garde dotée d'un compresseur, pilotée par des pilotes d’usine et privés qui remportent avec ses variantes plus de 2 000 victoires en compétition (record inégalé à ce jour) et qui lui apporte la gloire et la prospérité. Parallèlement les modèles routiers bénéficient des enseignements de la compétition.

    Dynastie Bugatti

    En 1926, Ettore et Jean conçoivent les Bugatti Type 37 et Bugatti Type 40 ainsi que l'extraordinaire Bugatti Type 41, la "Royale". Construite pour l'élite des monarques et chefs d'état de la planète, son moteur développe 300 chevaux pour une cylindrée de 12 763 cm3 et est proposée à un prix de 500 000 Francs.
    C'est un échec commercial cuisant. Sur les 6 exemplaires fabriqués,
    3 seulement seront vendus et les 3 autres sont conservés à l'usine,
    dont le coupé Napoléon personnel d'Ettore.
    De 1929 à 1936 sort la série Bugatti Type 46 ou "Petite Royale", dernier modèle conçu par lui même, équipé de 8 cylindres de 5,3 litres vendue à 500 exemplaires. Les suivants sont tous conçus par Jean Bugatti, toujours plus beaux et plus fiables.
    -
    En 1931, Ettore Bugatti sauve son usine de la faillite dans les années noires de l'après crise de 1929 en fabriquant des
    autorails Bugatti très lucratifs avec des moteurs de Bugatti Royale.
    Une grève générale sur le plan national paralyse la production à Molsheim. Déçu par les ouvriers et frustré par le poids de ses dettes, Ettore Bugatti déménage pour Paris. La gestion de l’usine automobile est confiée à son fils Jean.
    En 1939, Jean, son fils meurt à la suite d’un accident au volant d’une 57 C .
    -
    Dès le début de la guerre, le parc de machines est transféré à Bordeaux.

     De 1939 à 1945, durant la Seconde Guerre mondiale, l'usine est annexée par les Nazis. La guerre met fin à la production de Molsheim. En 1945, Ettore Bugatti se bat et gagne en justice pour récupérer son usine de Molsheim saisie par l'administration française à la libération. Il tente de redémarrer malgré les dettes et les manques de moyen.
    -
    En 1947, Ettore Bugatti meurt des suites d'une congestion cérébrale le 21 août à l'hôpital américain de Neuilly-sur-Seine
    à l'âge de 66 ans après avoir déposé 1000 brevets et fabriqué en 37 ans près de 7 500 voitures de grand luxe et de course toutes entrées dans la légende. Bugatti est détenteur d'un palmarès sportif jamais égalé avec plus de 10 000 victoires et 37 records.
    -
    Le décès d'Ettore Bugatti, la Seconde Guerre mondiale, les difficultés économiques de l'après guerre ont entraîné la
    disparition (temporaire) de la marque entrée dans la légende.
    -
    Rembrandt Bugatti
     
    Dynastie Bugatti
    Le 16 octobre 1884, Rembrandt Bugatti, cadet d’Ettore Bugatti, voit le jour à Milan.
    Son prénom fut choisi par son parrain Giovanni Segantini.
    -
    Enfant, il se met à sculpter, encouragé par le chef de file des peintres divisionnistes lombards Giovanni Segantini.
    En 1901, il réalise sa première œuvre : "Ritorno dal pascolo" (quatre vaches l'une derrière l'autre sur le chemin du retour).
    Ritorno dal pascolo est l’une des premières sculptures modelées lors d’un séjour en montagne aux côtés de l’oncle Segantini.
    En 1903, âgé de 19 ans, Rembrandt s'installe à Paris, il habite près de la Ménagerie du Jardin des Plantes.
    Pour la première fois, Rembrandt Bugatti contemple les animaux sauvages. Sa rencontre avec les lions, les lionnes,
    les panthères, les léopards, les jaguars, les loups, les vautours, les éléphants… va le bouleverser et guider son destin.
    Littéralement envoûté par le monde animal, le jeune sculpteur trouve le parc zoologique du Jardin des Plantes de Paris insuffisant pour son inspiration et ses modèles. Il part s'installer à Anvers en Belgique où la direction du zoo se montre très accueillante à l'égard des artistes.
    En 1906 le directeur du zoo d'Anvers, mettra un atelier à sa disposition.
    Le Jardin Zoologique d'Anvers est
    déjà considéré au tournant du siècle comme le plus important du monde.
    Pendant quinze ans, Rembrandt va vivre avec les animaux pour les observer longuement, pour fixer dans la plastiline et le plâtre leurs morphologies, leurs attitudes, leurs comportements.

    Dynastie Bugatti

    Dès le début, Rembrandt Bugatti choisit le modelage à main libre sans repère ni mesure, sans esquisse préparatoire.
    De 1907 à 1914, Rembrandt Bugatti va modeler une œuvre complète de faune animal avec un immense talent.
    Les animaux sauvages sont devenus ses amis de tous les jours.

    Dynastie Bugatti

    Pendant la Première Guerre mondiale, tous les animaux sauvages du zoo d'Anvers sont tués.
    Rembrandt s'engage alors dans la Croix-Rouge pour soutenir les blessés et devient tuberculeux.
    Pour venir en aide à sa famille il part à Milan et décide de s'engager dans l'armée italienne en août 1915.
    Rembrandt Bugatti, réformé, revient à Paris en décembre 1915, les commandes et ventes de sculptures s'effondrent. Il ne peut plus accepter l'aide financière de son frère Ettore, en difficultés,
    Rembrandt se suicide dans son atelier de Montparnasse le 8 janvier 1916 à l'âge de 32 ans.
    -
    En hommage posthume, Ettore et son fils Jean Bugatti reprendront l'éléphant dressé (1904) de Rembrandt Bugatti pour créer en argent ou bronze argenté la mascotte du radiateur de la plus belle voiture du monde,
    la Bugatti Royale.
    -
    Jean Bugatti
     
    Dynastie Bugatti
    -
    Gianoberto Maria Carlo Bugatti que tous appellent "Jean”, est né le 15 janvier 1909.
    -
    Jean travaille très tôt au côté de son père au bureau d'étude de l'usine. Il se révèle rapidement doté des mêmes
    talents d'artiste que son père.
    Jean fait preuve aussi de talents d'ingénieur en mécanique et contribue à la modernisation des voitures produites par son père : moteurs à culasse et double arbre à cames en tête, châssis surbaissé, freins hydrauliques ...
    Agé de 23 ans, il conçoit, pour le compte de l’industriel du textile, Armand Esders, la légendaire carrosserie 2 places du roadster Royale. En dépit d’une longueur de six mètres, elle brille par une élégance unique. Les modèles Type 50, 55 et 57 portent également l’empreinte inimitable de Jean Bugatti.

    Dynastie Bugatti

    Jean Bugatti dessine les carrosseries les plus élégantes qui aient jamais habillé un châssis Bugatti :
    La Bugatti Royale "Coupé du patron"
    La Bugatti Royale Roadster Esders
    La Bugatti Type 46 "Petite Royale" semi-profilée
    Le Bugatti roadster Type 55
    Les coupés Bugatti Aérolithe et Bugatti Atlantic sur châssis Type T57.
    -

    Parallèlement, il fabrique d’extraordinaires moteurs et châssis. A l’occasion, il effectue des tests sur circuits, même si son père lui interdit formellement de participer à des courses.
    Dans les dernières années précédant la Seconde Guerre mondiale, son père lui délègue de plus en plus de responsabilités.
    Après une grève des ouvriers en 1936, il prend en charge la direction de la production automobile. Par ailleurs,
    Jean reprendra plus tard la direction de l’équipe de course de l’entreprise de Meo Costantini.
    Ettore Bugatti s’oriente au milieu des années 30 vers la production de trains autorail, une décision qui constituera une
    garantie de survie pour les usines Bugatti pendant la crise économique.
    En 1939 Jean Bugatti se tue dramatiquement au cours de l'essai d'une Bugatti Type 57C le 11 août à l'âge de 30 ans à Duppigheim
    à 10 km à l'est de l'usine de Molsheim-Dorlisheim. C'est un drame pour son père et pour l'usine Bugatti qui ne s'en remettront pas.


    Francis le 08/05/2011